Nouvelles en vrac #4

Eh oui, vous avez droit à un petit article bonus cette semaine! 😉

Savoir lâcher prise

Ce n’est pas pour rien que j’ai choisi « écolo imparfaite » comme slogan pour le blogue!

Vendredi dernier, j’étais particulièrement fatiguée. Ça faisait 13 jours (incluant la journée même) que je travaillais sur mon blogue et tout ce qui vient avec et j’avais besoin de décrocher. C’est pourquoi je me suis déconnecté d’Internet pendant tout le weekend de Pâques (sauf pour pratiquer mon norvégien; j’ai d’ailleurs réussi à progresser un peu plus dans le cours, que j’ai presque terminé!).

Et puis, quand on essaie d’éviter les produits d’origine animale ET les déchets au quotidien, c’est normal d’avoir des downs de temps en temps!

Il m’est déjà arrivé de faire quelques petits écarts volontaires, mais là c’est un peu différent.

Donc, vendredi soir, pendant ma marche hebdomadaire avec une de mes amies, je me suis dit que je pouvais bien me faire plaisir. Et comme je n’avais pas du tout envie de cuisiner (pas seulement par manque de motivation, mais aussi un peu par manque de temps puisque mon frère venait me chercher plus tard pour aller chez mes parents pour le weekend ).

Bref, vers la fin de notre marche, nous avons fait un détour à l’épicerie la plus proche et j’en suis ressortie avec ceci:

Lâcher prise.
La totale.

Ça fait déjà quelques semaines que les pizzas de Daiya ont fait leur apparition (et me font de l’œil) à cette épicerie, et vendredi, en passant devant le congélateur, ça n’a pas été long avant que je me dise : « enweille, go dans l’panier!« .

Le plus drôle dans tout ça, c’est que ce même vendredi, après avoir officiellement éteint mon ordinateur pour les 3 prochains jours, Lauraki a publié un article au sujet du lâcher-prise, et je ne l’ai vu que mardi.

De mon côté, je sais que parfois, je peux donner l’impression que tout va bien.

Je pense que j’ai simplement beaucoup de chance, mais lorsqu’il y a des bas, j’essaie toujours d’en glisser un mot, soit ici (comme maintenant ou ma mésaventure avec le shampooing solide de The Soap Works), soit sur les réseaux sociaux (lorsque je reçois encore de la publicité dans ma boîte aux lettres malgré toutes mes démarches, par exemple), parce que c’est important que vous sachiez qu’on n’a vraiment pas besoin d’être parfait lorsqu’on se lance dans le monde de l’écologie! C’est un domaine dans lequel il faut vraiment choisir ses batailles.

Comme moi, par exemple, je vais toujours privilégier un produit ou une option végane avant de penser au zéro déchet. C’est une des raisons pourquoi j’ai beaucoup de difficulté à trouver une alternative au fil dentaire, mon déchet quotidien, puisque le seul fil dentaire compostable que j’ai trouvé est fait de soie véritable, donc il n’est pas végane. Certain(e)s ne seront pas d’accord avec moi puisque la soie, ça vient « juste des vers », mais bon, c’est mon choix de ne pas vouloir exploiter d’insectes inutilement.

Pour terminer là-dessus, la pizza était vraiment bonne (je vous en reparle plus tard ce printemps)! 😉

Ketchup maison

Alors, oui, j’ai eu un down, mais j’y suis allée fort sur le D.I.Y (do it yourself) quelques jours plus tard!

Ce lundi, alors que j’étais chez mes parents, j’ai finalement préparé la boîte de légumineuses que ma mère m’avait offerte à Noël il y a 2 ans (qui venaient avec une recette sur la boîte). En relisant attentivement les ingrédients nécessaires à la préparation de la recette, ma mère a remarqué que ça prenait 3 tasses de ketchup.

Woh.

Vous vous en doutez surement, mais nous n’avions pas cette quantité disponible sous la main. Qu’est-ce qu’on fait dans ce temps-là? On va en acheter, ou on le fait soi-même!

Mes frères étaient sortis faire des courses, alors je les ai appelés pour leur demander d’aller acheter de la pâte de tomate… mais quand ils sont revenus, je me suis rendu compte que j’aurais simplement pu leur demander d’acheter une grosse bouteille de ketchup. Bah!

Si on m’avait dit qu’un jour, je préparerais mon propre ketchup…

Mais là, d’habitude, les ketchups maison ne sont pas lisses comme les ketchups commerciaux (pour ne pas nommer de marques), sauf que c’est de ce type de ketchup dont j’avais besoin (puisque c’était pour faire une sauce – ce ne sont pas toujours les mottons qui goûtent le plusse bon!).

Ketchup maison
Les bagages ont un peu été brassés dans la valise de la voiture sur le chemin du retour…

J’ai suivi exactement la recette de Tendance Radis (j’ai aussi utilisé des flocons d’oignons, mais je les ai réduits au mortier). Je vous avertis, ça en fait beaucoup : après avoir utilisé 3 tasses pour ma recette de bines, il me reste encore 2 tasses de ketchup!

Ketchup maison
Ceci est donc le 2/5 de la recette.

Je n’ai pas encore eu la chance de vraiment y goûter, mais ça sent et ressemble beaucoup à la version commerciale! En plus, je suis convaincue que ça revient moins cher de le faire soi-même. Bon, puisque ce n’est pas quelque chose que je consomme beaucoup (contrairement à il y a quelques années!), si je décide de continuer à le faire moi-même après avoir fini cette bouteille et celle du commerce qu’il me reste, je vais diviser la recette (je sais qu’on peut le mettre en conserve, mais je n’ai ni l’équipement ni l’espace de rangement pour ça).

Avril animal

Comme prévu, le mois d’avril sur le blogue sera dédié aux animaux de compagnie! Je n’ai pas encore fini mon grand tri, mais je me suis dit que je ferai un dernier bilan en juin, après avoir participé aux premières ventes de garage (de débarras) de mon arrondissement.

Il est possible que la planification des publications change en cours de route, mais pour le moment, ça va ressembler à ça :

  • 4 avril : introduction – adoption
  • 11 avril : comment réduire les déchets de minou
  • 18 avril : comment réduire les déchets de pitou
  • 25 ou 28 avril : comment réduire les déchets des petits animaux (rongeurs, reptiles, oiseaux, etc.)
Cathy aka Madame Minou
« Je sais que t’es contente d’avoir ton nouvel appareil photo, mais peux-tu arrêter de me prendre en photo? »

Pour le dernier point, la date dépend de quelque chose dont je ne veux pas trop parler pour le moment, mais vous allez bientôt tout savoir. 😛

Sur ce, bonne fin de semaine et… doutez de tout ce que vous allez lire sur le web demain! 😉

Publicités

8 thoughts on “Nouvelles en vrac #4

  1. Oui, on craque tous! Quand je vais chez mes parents, j’essaie de faire attention mais je me laisse aller… En tout cas, j’avais envie de reprendre le ketchup à la fin des vacances, je suivrais la recette! 🙂 Sinon, hâte de voir tes articles sur les animaux, j’avoue qu’entre friandises et déchets de sable/copeaux (j’ai un octodon et un chat) ça me prend 30 litres de poubelle par mois :/

    J'aime

  2. Trois tasses de ketchup?!?! C’était pour faire quel genre de recette?
    Je ne sais pas si j’ai déjà réussi à garder une conserve deux ans…
    Je ne savais pas que les Maynards étaient végétaliens. C’est bon à savoir. J’aime BEAUCOUP le nouveau nom « extrême » de la pizza Daiya. La fois où j’en avais acheté, son nom (pizza au fromage Daiya, http://veganamontreal.blogspot.ca/2015/05/pizza-au-fromage-daiya.html) était bien plate.

    Excellent billet sur le lâcher prise, c’est vrai qu’il est important parfois de lâcher prise. Le lâcher prise momentané, temporaire, peut parfois éviter à certaines personnes de tout arrêter pour de bon. C’est du moins mon impression.

    J'aime

    1. C’était pour faire des bines au four, mais il y avait beaucoup trop de liquide à la fin (il fallait aussi 6 tasses d’eau)! Ma mère m’a proposé d’utiliser le surplus pour faire mariner du tofu (ou des protéines de soya, pourquoi pas!). 😛

      C’est vrai que le nom de la pizza n’était pas très original!

      Pour le lâcher-prise, je pense que c’est comme ne pas se priver des choses qu’on aime quand on essaie de perdre du poids; plus on se prive, plus on a de chance de bousiller nos progrès! D’habitude, je garde mes « écarts » pour les fois où je suis à l’extérieur (chez la famille, par exemple), mais chez moi, c’est vraiment très rare, mais quand je le fais, c’est que c’est nécessaire à ma santé mentale. 😉

      J'aime

      1. C’est la première fois que j’entends parler d’une recette de bines faite avec des légumineuses déjà cuites. Habituellement, on prend des haricots secs. Bizarre =/ J’espère que c’était bon quand même. Bonne idée de faire mariner du tofu ou des protéines de soya là-dedans. Tu pourrais peut-être aussi faire une sauce… ou alors utiliser des haricots secs que tu feras cuire dans le surplus de liquide pour faire d’autres bines, et les congeler avant d’être tannée d’en manger!

        J'aime

        1. C’était des légumineuses sèches, c’est qu’elle étaient dans un emballage cadeau. 😛

          C’est très bon (je l’écris au présent parce qu’il m’en reste encore pas mal, haha!), c’est vrai que je pourrais aussi juste réchauffer des légumineuses cuites dans le jus et congeler tout ça!

          J'aime

Commentaires? Questions?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s