2016, l’année où le zéro déchet est (presque) devenu « mainstream » [blogo-bilan 2016]

Dernière mise à jour : 30/11/2017

OH. BOY.

Pour dire comme tout le monde : l’année 2016 fut… particulière. Je n’arrive pas à dire si j’ai eu une bonne année ou une année de marde. Il faut dire que j’ai été confrontée à des extrêmes opposés dans différentes sphères de ma vie (vous allez comprendre ce que je veux dire en continuant votre – longue – lecture)!

Il y a à peine un an, dire à quelqu’un qu’on avait un mode de vie zéro déchet, c’était recevoir la réponse automatique : « hein? Quéssé ça?» En 2016, la majorité des personnes à qui je faisais mon « coming out » écolo savait de quoi je parlais! Alors oui, j’ose l’écrire : le mouvement zéro déchet sera très bientôt mainstream. Je dirais même qu’en 2016, c’est le véganisme qui l’est devenu (woop-woop)!

Blogo-bilan

Statistiques : j’ai fracassé mon objectif!

Le 1er janvier 2016, je m’étais dit que si je doublais mon nombre de visites annuelles sur le blogue, ça serait fou! Je n’y croyais pas vraiment, mais le début de l’année fut explosif suite aux nombreuses apparitions médiatiques de Mélissa de La fontaine, et j’ai eu droit à un autre pic important au mois d’août (je vais y revenir).

J’ai été agréablement surprise de constater que le blogue a eu un achalandage assez stable tout au long de l’année, malgré le fait que j’étais beaucoup moins active sur les interwebz (en tout cas, c’est mon impression). Au point où j’ai franchi un chiffre que je m’attendais à atteindre d’ici le premier janvier, mais pas aussi tôt en décembre : j’ai dépassé les 100 000 vues en 2016! Un énorme merci à vous! 😊

100000-vues_6-dec-2016

Avec cette capture d’écran (du 6 décembre dernier), vous pouvez même constater à quel point le zéro déchet a fait sa place au Québec cette année!

La (grosse) parenthèse personnelle

Je ne me souviens pas si j’avais fait part de mon intention sur le blogue ou si j’en avais simplement glissé un mot sur les réseaux sociaux, mais je me souviens que mon « excuse » était que « je voulais profiter de l’été, et aller dehors ». Comment dire… c’était tellement pas ça! Maintenant que c’est derrière moi, je peux vous expliquer pourquoi j’ai pris une pause de blogging cet été. Pas parce que je pense que ça va vous intéresser, mais plus parce que j’ai besoin de l’extérioriser afin de pouvoir définitivement tourner la page sur cette période difficile.

En janvier 2016, j’ai réalisé que je n’avais presque plus d’argent en poche. Un an et demi sans emploi, ça gruge les économies pas à peu près! J’ai commencé à développer une anxiété financière, mais ça allait encore jusqu’à la fin du mois de mai, avec des périodes de hauts et de bas assez intenses, au point où je me suis demandé à quelques reprises si j’étais bipolaire ou quelque chose du genre.

En juin, j’ai décidé de m’inscrire à l’université dans l’espoir d’avoir plus de chances de trouver un emploi (emplois étudiants, entre autres). Sauf que, évidemment, je n’avais pas du tout l’argent pour payer mes frais de scolarité : j’ai donc fait une demande de prêts et bourses. À la fin du mois, j’ai appris que j’étais acceptée dans mon programme (yay!), mais je n’avais toujours pas de nouvelles de ma demande d’aide financière (gulp!).

J’ai continué à envoyer des CVs et j’ai commencé à répondre à des sondages en ligne, qui paient à coups de 1 ou 2 $ par sondage quand on répond aux critères de ceux-ci. Vu mes habitudes de consommation, ça n’arrive pas souvent.

Puis, en juillet, je n’avais pas assez d’argent pour payer mon loyer : une bonne claque dans la face, mais je n’étais pas encore à mon plus bas. À ce moment-là, il était impossible de parler de travail avec moi sans que j’aie un motton dans la gorge ou les yeux humides parce que tout au long de l’année, je recevais des messages opposés. D’un côté, avec le blogue, on me disait souvent que j’étais inspirante/motivante, que ce que je faisais était important et impressionnant et de l’autre… je peinais à obtenir une simple entrevue pour une job. Bref, j’avais jamais été aussi mélangée.

J’ai eu une (très) brève lueur d’espoir en août : le zéro déchet faisait beaucoup parler dans les médias québécois (j’y reviens plus bas) et je décrochais enfin un emploi! Toutefois, après deux jours de travail, j’ai dû prendre la déchirante décision d’abandonner le poste, car il n’était définitivement pas fait pour moi (au moins, j’ai essayé).

Rendue là, je me disais que les choses ne pouvaient que s’améliorer. Erreur!

J’attendais toujours des nouvelles de ma demande de prêts et bourses. Deux semaines avant le début de la session d’automne, j’ai finalement reçu une réponse : « Demande refusée. Revenus des parents suffisants. » Ayoye.  Je n’entrerai pas dans les détails des critères justifiant le refus parce que ça me met de mauvaise humeur.

La fin du mois d’août fut particulièrement pénible. Je pleurais presque tous les jours depuis que j’avais quitté le seul emploi qu’on avait bien voulu me donner depuis mai 2014. Ce qui ne m’aidait pas, c’était que je m’isolais encore plus que d’habitude (quand tu ne travailles pas et que tu n’es pas aux études, tu ne vois déjà pas beaucoup de monde) et je ne savais pas à qui parler.

Finalement, le 1er septembre, jour de la rentrée (bah, soir de rentrée dans mon cas), j’ai enfin réussi à mettre mon ego de côté (« comment ça se fait que je ne sois pas capable de trouver un emploi alors que tous mes amis y arrivent sans trop de difficulté? ») et d’aller au Carrefour Jeunesse Emploi de mon arrondissement… qui est littéralement derrière chez moi (donc oui, mon excuse plate, c’était vraiment mon ego).

Je suis entrée dans le local et lorsque la réceptionniste m’a demandé comment elle pouvait m’aider, j’ai immédiatement éclaté en sanglots incontrôlables (tsé, ceux qui te rendent vraiment laid). Fun (pas tant fun) fact : j’ai dû prendre une pause à « réceptionniste » en écrivant la phrase parce que mes yeux sont devenus pleins d’eau. Encore aujourd’hui, parler de travail et de cette période est encore un sujet délicat pour moi.

Mise à jour 30/11/2017 : C’est encore un sujet que j’essaie d’éviter le plus possible, même si je sais que ça m’aide pas…

Je ne vous raconterai pas ce qui s’est passé après, mais je suis à l’aise de vous dire que je suis ressortie de là avec une brochure sur la dépression. Sur le coup, je l’ai vraiment mal pris. Je me suis dit : « Y manquerait ben juste ça! »

Je ne sais pas par quel miracle, mais j’ai réussi à aller à mon premier cours ce soir-là. Je pense que mon subconscient me disait qu’un petit bain de foule ne me ferait pas de mal, et il avait bien raison. J’allais déjà mieux après le cours.

Un mois après le début de la session, alors que j’allais beaucoup mieux (je ne pensais plus autant à mes problèmes financiers parce que mes parents m’aidaient et parce que j’étais occupée avec mes études), j’ai reçu un courriel du coordonnateur de projets de l’éco-quartier de Saint-Laurent (que j’avais rencontré à quelques reprises – j’ai postulé à tous les emplois ouverts depuis début 2015 et j’avais réussi à avoir quelques entrevues) pour m’offrir un contrat au sein de la patrouille des matières organiques de l’arrondissement. Il s’agissait d’un contrat temporaire, mais c’était définitivement une offre que je ne pouvais pas refuser!

Bref, ça explique en partie ma « fatigue » dans mes premières vidéos. Aujourd’hui, je vais beaucoup mieux (même si je suis malade au moment d’écrire ceci!), et j’ai enfin retrouvé la motivation pour bloguer. 🙂

Bon, on retourne dans le positif de 2016! 😉

Conférences et Éco-fête de Rosemont

Une des choses les plus inattendues en 2016 fut de donner mes premières conférences grâce au blogue. Ce n’est pas du tout le genre de chose que je m’imaginais faire un jour! En tout cas, ça a enfin donné une réponse à la question « à quoi ça sert, les présentations orales à l’école? » que je me posais souvent quand j’étais enfant. 😉

J’en ai donné trois cette année : la première fut au centre communautaire de Côte-des-Neiges (j’étais vraiment stressée!), la deuxième à l’Université McGill en duo avec Mélissa dans le cadre du Zero Waste Fiesta, et la dernière s’est déroulée à l’Université de Sherbrooke (qui m’a permise de faire mon premier roadtrip en bus, en solo… ce qui me stressait plus que de donner la conférence!). Il y a aussi eu le kiosque zéro déchet à l’Éco-fête de Rosemont en compagnie de Mélissa et d’Amélie du blogue Bric à bacs.

En tout cas, je dis ça comme ça, mais je vais être plus disponible en 2017 pour donner des conférences. N’hésitez pas à me contacter si vous souhaitez en organiser une. 😉

Le mouvement zéro déchet dans les médias « traditionnels »

article-presse-plus-1-aout-2016

Voir ma face dans la Presse+ et être interviewée live en studio pour une des plus grandes stations radiophoniques au Québec (avec Laure du blogue Tranches de Pimous)? Assez inattendu aussi! En tout cas, je suis fière d’avoir contribué au rayonnement du mouvement dans les médias traditionnels cette année, chose qui était extrêmement rare en 2015… jusqu’à ce que Mélissa soit partout dans les médias en décembre de la même année. Parce que oui, c’est à ce moment-là qu’on était plusieurs à se dire : « Ok, y se passe de quoi, là! »

Et nous n’avions pas tord : le nombre des membres des groupes d’entraide sur Facebook a explosé et le collectif Consommer autrement* est né (une initiative de Mélissa et Laure)! 😀

Mise à jour 30/11/2017 : Le collectif s’appelle désormais Éco-système.

Ordre des Grands Laurentiens

medaille-ordre-grands-laurentien-montage

J’en ai déjà parlé , donc cette section sera brève. En gros, j’ai reçu une médaille pour mes démarches environnementales et mes efforts de sensibilisation sur le web et dans le « vrai monde ». Je gagne/reçoit rarement des prix (contrairement à mes frères!), alors laissez-moi le savourer encore un peu. 😉

Rencontres

Laure et moi après notre entrevue sur les ondes du 98,5 FM. :)
Laure et moi après notre entrevue sur les ondes du 98,5 FM. 🙂

2016, c’est aussi l’année où j’ai finalement rencontré Laure et Amélie en personne. J’ai aussi fait connaissance avec les fondateurs du café le 5e, les fondatrices de LOCO lors du Zero Waste Fiesta, Florent Conti dans le cadre de son projet Ma vie en van, sans oublier mes collègues à l’éco-quartier de Saint-Laurent! Il y en a eu énormément d’autres rencontres grâce à mes conférences et aux échanges sur les groupes Facebook, mais en faire la liste serait vraiment trop long, alors je m’en tiens à celles qui me viennent rapidement à l’esprit (ne le prenez pas personnel si je ne vous ai pas nommé!).

Chaîne Youtube

Je n’ai pas pu m’y investir autant que je le souhaitais en 2016, mais j’espère avoir plus de temps pour ce projet en 2017. Je vais mettre les quelques vidéos que j’ai publiées sur ma chaîne sur ma page Facebook éventuellement, et je ferai de même pour les futures vidéos… mais quelques jours après leur mise en ligne sur Youtube. D’ailleurs, si vous souhaitez vous abonner à ma chaîne, c’est par ici. 😉

Pour rester dans la thématique vidéo, c’est en 2016 que j’ai donné ma première entrevue vidéo pour Ma vie en van. Vous pouvez la (re)voir ci-dessous :

Top 10 des articles les plus lus en 2016

J’aime bien en dresser la liste, car cela me donne une idée de quels sont les principaux défis des gens qui débutent leur(s) démarche(s) écolo(s). Oh, et ça me donne aussi des idées d’articles! 😉

Ils n’ont pas tous été publiés en 2016, mais se sont tout de même les plus populaires de l’année!

  1. Les points à améliorer en 2016;
  2. Entretenir son sourire – la brosse à dent;
  3. Entretenir son sourire – le fil dentaire;
  4. 5 façons de diminuer le gaspillage alimentaire;
  5. J’ai testé : le shampooing en barre de The Soap Works;
  6. Entretenir son sourire – le dentifrice;
  7. Réduire les déchets de minou;
  8. J’ai testé : le végé-pâté de Fontaine Santé;
  9. J’ai testé : le shampooing en barre de The Soap Works [Bilan 1 mois];
  10. Informatique écologique.

Top 13 des termes de recherches les plus bizarres

Les recherches que les gens font sur le net me fascinent de plus en plus. Je l’avoue, c’est ma partie préférée du blogo-bilan. 😉

  1. « decheres la chatte avec les main » (pas family friendly, celui-là!);
  2. « j’ai testé le tufu »;
  3. « comment épargner les mouches de vins »;
  4. « comment fait on la sauce a jule »;
  5. « se servir de papier mouchoir comme protege culotte » (je ne pense pas que ce soit une bonne idée);
  6. « ne pas flusher juste pour un petit pipi »;
  7. « madame béa johnson, qui s’est lancé le défi de vivre sans déchet au quotidien » (un petit cours de googlage 101?);
  8. « lhuil olive et overdose »;
  9. « mon végépaté est sorti mou est ce normal? »;
  10. « une petite fille qui vendait des boites de mochoirs en papies »;
  11. « mouche a fruit es ce que ça saute » (non, mais ça vole dans ta face, par contre);
  12. « prends ton sac, tu vas acheter en vrac »;
  13. « fil dentaire impossible ».

Bilan déchets (teaser)

Comme cet article est déjà assez long comme ça, je vais faire le bilan de ma production de déchet de l’année dans un autre article (qui sera par après répertorié sur la page de mes bilans mensuels). Pour cette fois, j’ai décidé de procéder différemment, puisque j’ai calculé ma production de déchet pour une année entière : d’après vous, quel sera le poids de mes déchets cuvée 2016? 😉

***

Quand j’ai commencé l’écriture de ce bilan, je pensais que ce serait short and sweet, mais il faut croire qu’il s’est passé plus de choses que je ne le pensais!

Sur ce…

BONNE ANNÉE! 🙂

P.S. Un portrait d’écolo imparfait(e) était prévu pour le 26 décembre dernier, mais j’ai mal programmé mes trucs. My bad! Les portraits seront donc de retour lundi prochain, sans faute!

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

5 commentaires sur « 2016, l’année où le zéro déchet est (presque) devenu « mainstream » [blogo-bilan 2016] »

  1. Hello Jule ! Contente de savoir que tu vas mieux, et que tu as trouvé un job pour le moment. Je te souhaite d’aller de mieux en mieux! Plein d’ondes positives pour cette nouvelle année qui t’apportera, j’espère, beaucoup de bienveillance (envers toi-même aussi!) et de créativité. A bientôt!

    J'aime

    1. Merci Juliette! J’ai bien l’intention de renouer avec ma créativité cette année. J’ai plusieurs idées de projets, suffit de décider par quoi commencer. 😉

      J'aime

Commentaires? Questions?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s