Portraits d’écolos imparfait(e)s n ͦ 7 : Laure Mabileau

Dernière mise à jour : 30/11/2017

Pour le portrait d’écolo imparfaite de la semaine, vous avez droit à une édition spéciale puisque c’est la Semaine québécoise de réduction des déchets (SQRD)! Je vous présente donc Laure Mabileau, la personne qui se cache derrière l’organisation de la SQRD portée par Zéro Déchet Québec! Elle habite à Montréal et elle en a beaucoup à dire sur son implication en environnement. 😉

Laure.
Laure.

Qu’est-ce qui te motive à vouloir faire ta part pour les changements climatiques?

Ça fait bien longtemps que la protection de l’environnement vient me chercher. J’ai fait mes études dans ce domaine (un double profil, l’un en environnement et l’autre en communication) pour faire de la sensibilisation pour plusieurs causes : les changements climatiques, la pollution de l’air et de l’eau, le recul des glaciers, l’exploitation des matières premières, le maintien des écosystèmes en santé, l’extinction massive des espèces animales, l’importance de l’agriculture biologique, le caractère réducteur du système agricole actuel, etc. Bref, beaucoup de choses.

Et puis, comme pas mal de monde, j’ai un peu annihilé la question des déchets, pensant que l’ensemble manger bio – faire du vélo – regarder à mes achats vestimentaires faisait un portrait satisfaisant de « l’écolo d’aujourd’hui ». La poubelle de déchets, c’est ce petit détail qu’on nous fait oublier : il disparaît chaque lundi ou mardi sur le pas de notre porte, en chuchotant un doux « chut, n’en parlons plus » ou encore « à la semaine prochaine ».

Bien sûr, le problème des aliments biologiques souvent suremballés m’a souvent trotté dans la tête, mais sans réel déclic pour trouver la réponse à ce problème. Quand je suis arrivée chez Action RE-buts, je suis restée bouche bée devant cette simple phrase : « Le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas. » Là, c’est devenu évident. Depuis 2013, la réduction à la source est devenue un enjeu principal dans le portrait que je me fais de « l’écolo d’aujourd’hui ».

Ton défi personnel (du moment ou à long terme)?

Le petit défi du moment est de lancer un achat groupé d’oriculis pour ne pas payer les frais de port (j’ai de grandes ambitions dans la vie, je sais) pour en finir avec les cotons-tiges (en passant, y a-t-il des gens qui lisent ceci qui seraient intéressés?)!

À long terme, mon défi est de rendre ma petite organisation quotidienne efficace. Je m’explique : je fais des achats en vrac, je vais au marché, j’apporte mes contenants…. mais parfois, étant vannée en rentrant du boulot (eh oui, c’est très demandant la SQRD!) et qu’il me manque quelque chose pour le soir, je me retourne par paresse vers des produits plus conventionnels et donc plus emballés. L’idée ici est d’éviter de ne plus avoir de pâtes à 20 h 20, un lundi soir. Ce n’est pas le genre de choses pour lesquelles tu devrais avoir à te battre pour avoir une version zéro déchet (des pâtes… tout de même).

Qui t’inspire (personne(s) et/ou projet(s) écolos)?

Michel Séguin! Je suis aussi heureuse de voir l’émergence d’un mouvement citoyen pour le zéro déchet : il s’agit enfin d’une démarche constructive et positive autour des matières résiduelles et ça me fait tellement plaisir! Fini l’ère du « seul je suis contre », « pas d’accord », « j’aime pas », « c’est les autres »et « oui mais le gouvernement ».

Je ne peux m’empêcher de penser et d’être inspirée par toutes ces personnes qui ont permis l’émergence de ce mouvement aujourd’hui, par leurs combats passés. Dans ce sens-là, je tiens donc à citer Michel Séguin (mais il n’est pas le seul!), un citoyen montréalais hyperactif dans le milieu de la gestion des matières résiduelles depuis 25 ans : tu sais, le genre de personne qui a commencé à parler de compostage quand PERSONNE n’en faisait, à partir des coalitions citoyennes pour défendre une meilleure politique de gestion des matières résiduelles, à écrire mille et un rapports sur des projets ou propositions de règlements et de lois aux instances gouvernementales pour défendre la réduction à la source, etc.

Quel est ton plus grand obstacle à ce jour?

Avoir à se battre pour trouver les solutions zéro déchet : dans une boutique, il n’y a pas d’options biologiques en vrac, alors que dans une autre, il n’y a pas de confiture en vrac (par exemple), ce qui fait qu’on doit aller dans plusieurs boutiques pour compléter son épicerie, mais ça semble être de plus en plus simple. Pis, je ne me plains pas parce que dans Rosemont–La-Petite-Patrie, on est quand même super bien servis!

Et ta plus grande fierté/réussite à ce jour?

Ma plus grande fierté est collective (bravo tout le monde!) : c’est de voir se créer un mouvement autour du mode de vie zéro déchet puisque ça prouve qu’on se dirige vers ce qu’on appelle la masse critique, le « quand y’a assez de monde pour que les choses changent vraiment » (et ce chiffre est inférieur à la majorité, c’est chouette !). Ça, ça me fait chaud au cœur…

Pour la réussite personnelle, je dirais que c’est quand j’arrive à conjuguer mes sorties de plein air avec le zéro déchet, ce qui est tout un défi (préparation de barres tendres maison, prévoir le nécessaire déshydraté pour les repas – là, c’est beaucoup plus facile et économique), apporter mes objets réutilisables comme des mouchoirs et des sacs en coton (là, cette solution est plus légère – et en randonnée itinérante, ce n’est pas un petit argument!).

Ah oui, aussi :  je n’ai pas de cellulaire (note : cellulaire = portable)!

À ton avis, pourquoi est-il important de faire sa part pour l’environnement?

Je pense qu’on est tous et toutes convaincu(e)s ici qu’il faut faire notre part pour l’environnement. Mon approche là-dessus est plutôt celle des « décroissancistes », à savoir une croissance infinie sur une planète finie, un problème mathématique flagrant. Ce que j’aimerais plutôt défendre ici, c’est pourquoi le mode de vie zéro déchet est – selon moi – une des meilleures approches pour un citoyen d’adopter un mode de vie respectueux de l’environnement.

On nous répète souvent ce grand argument : « J’attends que les politiques agissent. » Évidemment, il faut que les politiques fassent quelque chose, mais accélérons leur démarche en démontrant l’importance de cet enjeu pour les citoyens. Face à la politique énergétique, le réchauffement climatique et tous ces enjeux globaux qui nous dépassent, la question de la gestion des déchets peut – à mon sens – plus facilement revenir sous le plus petit dénominateur : nous.

Nous pouvons diminuer, en faisant le choix d’un autre mode de consommation (pas plus dispendieux, pas plus chronophage – une fois qu’il est bien mis en place), notre production de déchets. Ce choix est entre nos mains et en le faisant, nous démontrons qu’une autre solution est possible et qu’elle est déjà adoptée par un grand nombre de personnes. En se questionnant sur le mode de vie zéro déchet, on arrive vite à des questions de plus en plus globales : les autres enjeux environnementaux viennent rejoindre ce mode de vie – surconsommation, éviter les produits chimiques et autres nanoparticules de nos produits corporels et ménagers, l’achat local, consommation biologique, gaz à effet de serre, mode éthique, transport actif, etc.

Qu’est-ce qui fait de toi une écolo imparfaite / qu’est-ce que tu pourrais améliorer?

  • Ma dépendance envers le petit bonbon emballé à la goyave qu’on me sert après avoir mangé mes dumpings préférés sur Saint-Hubert;
  • Ma boîte de courriel que je n’arrive pas à vider… ainsi que mes fichiers sur l’ordinateur ou encore les choses que je stocke sur des « nuages » (qui ne sont pas si blancs que ça);
  • Les billets d’avion que je prends pour rendre visite à ma famille;
  • Etc.

Où peut-on te suivre dans tes démarches?

Sur la page Facebook de la Semaine québécoise de réduction des déchets! 🙂

***

Vous voulez aussi participer au projet? Tous les détails sont par ici!

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

3 commentaires sur « Portraits d’écolos imparfait(e)s n ͦ 7 : Laure Mabileau »

Commentaires? Questions?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s